« Pour que du tapis de la miséricorde se lève un petit peuple simplifié et enraciné... »

 

On voudrait courir, faire...

Ephphata, À l'inverse, conduit à un retour en arrière.

On voudrait porter du fruit en abondance...

Ephphata conduit à pousser des racines.

On voudrait exposer...

Il faut enfouir. Améliorer l'édifice...

Il faut revenir aux fondations.

 

Ephphata est une école d'abandon : une pulsation, un battement de cœur qu'il faut accueillir, faire sien, laisser pénétrer en soi en entrant en lui. Pour cela, pas d'autres moyen que d'écouter...

Il n'y a rien à comprendre. Écouter et accueillir, laisser descendre ce battement jusqu'au fond de soi...

"Ephphata, le petit peuple du tapis" - Jean-Paul PRAT

8,00 €Prix
    • Facebook Social Icône